23 septembre 2021

Yuka: l’application mobile qui révolutionne le monde de la grande distribution

Vous faites peut-être partie des personnes soucieuses de leurs santé ! Si vous n’avez pas encore trouvé le moyen efficace pour un quotidien sain, Yuka, une application mobile, permet de scanner des produits alimentaires et cosmétiques afin d’obtenir des informations détaillées sur l’impact du produit sur la santé.

Créée par trois jeunes entrepreneurs en janvier 2017, l’application Yuka donne le feu vert, rouge, ou orange aux produits alimentaires et cosmétiques.

C’est un outil sans prétention en passe de devenir un véritable phénomène. En l’espace de 4 ans, Yuka a séduit 21 millions d’utilisateurs selon le dernier chiffre communiqué par l’entreprise en mars 2021. L’application se développe de plus en plus à l’international : après son lancement en Amérique du Nord et en Italie en 2020, elle a débarqué en Allemagne en février, étendant sa disponibilité dans 11 pays en dehors de ses frontières d’origine.

Le concept de Yuka

Le concept est simple. Il suffit de scanner le code-barre du produit avec le téléphone afin d’accéder instantanément à la fiche produit et les détails de sa composition. L’application attribue une note de 1 à 100 en fonction des qualités nutritionnelles (60 %), de la présence d’additifs (30 %) et de la dimension biologique (10 %). Cela permet à Yuka d’indiquer si l’article est excellent, bon, médiocre ou mauvais. Yuka retourne alors au consommateur une note sous forme de score : excellent = entre 75 et 100, bon = entre 50 et 74, médiocre = entre 25 et 49 et enfin mauvais = <25.

L’impact de Yuka sur la grande distribution

L’application Yuka a un impact impressionnant sur le marché de l’agroalimentaire. Par le biais d’une application, les enseignes revoient les recettes de leurs produits en fonction de celle-ci.

D’ailleurs, plusieurs enseignes de la grande distribution ont repensé le milieu de la « nutrition » et de la « santé » dans les rayons.

L’application a forcément impacté plusieurs marques. Cependant, il faut retenir que son but n’est pas de décrédibiliser ces marques, mais plutôt de les aider à se développer. C’est donc une application qui est collaborative. Les marques peuvent donc prendre cela comme un avantage pour améliorer leurs produits afin d’avoir une meilleure note, ou encore tenter de faire des partenariats pour mettre en avant leur bonne note.

Yuka a été condamnée

 Lundi 13 septembre, l’application Yuka a été condamnée par le tribunal de commerce d’Aix-en-Provence pour « pratiques commerciales déloyales » et « trompeuses », ainsi que pour « des actes de dénigrement » à l’encontre du fabricant de charcuterie ABC Industrie. Dans sa décision, le tribunal de commerce d’Aix-en-Provence condamne Yuka à verser à ABC Industrie 25 000 euros de dommages et intérêts, au lieu des 714 000 euros demandés par l’entreprise.

L’application devra également retirer les qualificatifs « mauvais » et « médiocres » attachés aux produits concernés ainsi que l’appréciation risque élevé lié à l’additif E250 (nitrite) ou encore des mentions précisant que les nitrites seraient « cancérogènes » ou « génotoxiques ».

Cette condamnation n’est pas la première dans son genre. L’application a été également condamnée par le tribunal de commerce de Paris en mai dernier. Ce dernier a estimé que le renvoi, depuis l’application d’information nutritionnelle, vers une pétition appelant à bannir les nitrites, est un acte qualifiable de dénigrement.